Le 18/09 matin : 

Météo Charenton

 9°C

 - Après-midi : 

Météo Charenton

 20°C

  Météo Charenton

Le 19/09 matin : 

Météo Charenton

 10°C

 - Après-midi : 

Météo Charenton

 20°C

  Météo Charenton

|

Indice de pollution : faible

Menu Charenton.fr

Votre Ville

 Charenton.fr   Ma commune j'y tiens

Service Hygiène et Santé de l’Environnement Urbain

Nuisibles

Nuisibles

Le service peut intervenir dans certaines conditions pour remédier aux nuisances provoquées par les animaux (animaux domestiques, insectes, rongeurs, pigeons...).

Rats

La compétence sur le réseau d’assainissement ayant été transférée à l’Etablissement public territorial 10 (EPT) PARIS EST MARNE & BOIS, dont la Ville de Charenton-le-Pont fait partie, ce dernier traite l’ensemble du réseau d’assainissement, les parcs et jardins.

Néanmoins, la Ville traite 4 fois par an tous les bâtiments communaux et sensibilise les bailleurs sociaux ainsi que les syndics à en faire de même.

Pour les immeubles du parc privé, en cas de présence de nuisibles dans les parties communes, c’est au syndic de l’immeuble, ou au bailleur social d’intervenir comme le prévoit l’article 119 du règlement sanitaire départemental. Les propriétaires et les locataires sont responsables de la lutte contre les nuisibles dans les habitations et autres locaux non publics. La responsabilité de chacun est aussi de respecter des règles élémentaires d’hygiène, la liste n’est pas exhaustive : ne pas jeter de sacs poubelles sur la voie publique, ne pas nourrir d’animaux sur la voie publique même les oiseaux, jeter les ordures dans des sacs hermétiques, fermer les containers/poubelles, etc…

Pour tous renseignements, vous pouvez vous adresser à
PARIS EST MARNE BOIS
Direction de l’eau et de l’assainissement
1 place Uranie
94340 JOINVILLE-LE-PONT
Par téléphone au 01.48.71.59.15 de 9h à 19h30
Par email assainissement@pemb.fr
site web PEMB assainisement

Moustiques Tigre

Le moustique "Aedes albopictus" ou "moustique tigre", est un moustique d’origine tropicale, facile à reconnaître grâce à ses rayures noires et blanches sur le corps et sur les pattes et à sa petite taille (moins de 1 cm d’envergure). Il se développe dans de petites quantités d’eau stagnante (soucoupes de pot de fleurs, pneus usagés, tout récipient situé en extérieur contenant de l’eau tel qu’un bouchon de bouteille).

Il peut transmettre des virus, comme ceux de la dengue, du chikungunya ou du zika. A ce jour, les moustiques tigres présents dans le Val-de-Marne ne sont pas porteurs de ces virus. Cet état de fait serait modifié si un moustique tigre piquait une personne infectée.

Détecté pour la 1ère fois en France métropolitaine en 2004 dans les Alpes-Maritimes, le moustique tigre (Aedes albopictus) et sa zone d’implantation est en expansion constante.
A compter du 26 novembre 2018, le moustique tigre est implanté et actif dans 51 départements de France métropolitaine dont 6 en Ile-de-France : Paris, Seine-et-Marne, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne.
Depuis le 20 novembre 2015, le territoire du Val-de-Marne est classé au niveau 1 du plan national de lutte contre les maladies transmises par le moustique tigre (implanté et actif mais non vecteur de maladie).

En raison de ce classement et en application des dispositions législatives du 16.12.1964 relatives à la lutte contre les moustiques et de l’article 72 de la loi du 13.08.2004 relative aux libertés et responsabilités locales, les missions de surveillance entomologique et de lutte anti-vectorielle (LAV) ont été placées par arrêté préfectoral n°2018/1846 du 29.05.18 relatif aux modalités de mise en œuvre du plan anti-dissémination des maladies transmises par le moustique tigre (Aedes albopictus), sous la responsabilité du Conseil Départemental du Val de Marne, visant à prévenir les risques de prolifération, à détecter et suivre l’évolution du moustique, ainsi qu’à protéger les personnes.

Modalités de surveillance

A cet effet, durant la période où le moustique tigre est susceptible d’être actif, à savoir du 1er mai au 30 novembre :

le Conseil départemental du Val de Marne, désigné comme opérateur public de démoustication (OPD), c’est à lui que revient la responsabilité de la surveillance entomologique (c’est-à-dire des populations de moustiques) et la lutte contre le moustique tigre par des mesures préventives (implantation de pièges pondoirs, destruction de gîtes larvaires) et curatives (recherche de la présence de moustiques auprès d’un cas suspect de maladie, traitement de démoustication y compris sur les propriétés privées).

Il est donc en charge de la réponse à donner à des signalements citoyens, d’enquêtes et de la réalisation d’opération de démoustication, de la communication auprès des habitants et de la sensibilisation des personnels techniques en lien avec les communes ou les établissements publics territoriaux.

Cette surveillance est renforcée à partir du 1er mai dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter. Elle est assurée sur l'ensemble de la région au moyen de pièges pondoirs et vise à détecter l'implantation et l’activité du moustique.

l’Agence régionale de santé (ARS) est responsable de la surveillance épidémiologique (c'est-à-dire des malades) et de la gestion des signalements de cas suspects importés de dengue, chikungunya et zika en lien avec la cellule de l’InVS en région (CIRE) et les professionnels de santé du département, dont elle assurera l’information et la sensibilisation.

L’ARS est informée via les professionnels de santé des cas de Dengue, Chikungunya ou Zika qui surviennent dans la région. Grâce aux informations données par les malades, l’ARS peut orienter les actions de lutte anti-vectorielle pour empêcher la survenue d’un cas autochtone, ce qui ne s’est jamais produit dans la région.

• des actions de communication et d’éducation sanitaire à destination des municipalités, des professionnels de santé, des habitants, des voyageurs et du grand public sont mises en œuvre.

Le moustique tigre colonise essentiellement des petits réservoirs d’eaux stagnantes, présents à l’extérieur des domiciles privés (cours, jardins, terrasses, …) ou sur la voie publique.

Si vous pensez avoir aperçu un moustique tigre

Vous pouvez le signalez sur le site http://www.signalement-moustique.fr Ces signalements participent à la surveillance du moustique tigre afin d’évaluer sa répartition.

Signaler la présence d’un moustique tigre aux autorités sanitaires, il faut disposer

• d’une photo d’un moustique tigre ou
• d’un moustique dans un état permettant son identification.
Aucune identification ne sera possible si vous ne disposez pas de l’un ou de l’autre.
Au-delà des actions de démoustication, chacun doit participer à la suppression des lieux de ponte des moustiques (gîtes larvaires) en éliminant les endroits où l’eau peut stagner ou en couvrant les réservoirs d’eau.
La solution pour éliminer les moustiques tigres est de supprimer tant que possible les lieux de ponte car les œufs ont une forte capacité de survie dans l'environnement.

Prévenir la prolifération, c’est l’affaire de tous

Le moustique "tigre" est fortement affilié à l’homme et il aime vivre au plus près de chez nous parce qu’il y trouve :
• de la nourriture pour ses œufs, en nous piquant,
• des endroits pour pondre dans les eaux stagnantes,
• des lieux de repos à l’ombre des arbres.
Les produits anti-moustiques (insecticides et répulsifs) ne permettent pas d’éliminer durablement les moustiques.

Pour limiter les lieux de repos des moustiques adultes

• Débroussailler, tailler les herbes hautes et les haies, élaguer les arbres,
• Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux,
• Réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage),
• Entretenir votre jardin.

Pour détruire les larves et éviter la prolifération, il faut éliminer les endroits où l’eau peut stagner

• petits détritus
• pneus usagés : vous pouvez aussi les remplir de terre, si vous ne voulez pas les jeter
• encombrants
• outils de jardinage laissés à l’extérieur
• déchets verts

Les bons gestes sont simples à mettre en œuvre et doivent être connus de tous :

- Vider régulièrement l’eau contenue par les coupelles sous les pots de fleurs ;
- Ranger le matériel de jardin (seaux, arrosoirs, etc…) à l’abri de la pluie ;
- Couvrir les récupérateurs d’eau à l’aide d’un couvercle, d’un voile moustiquaire ou d’un simple tissue (bidons d’eau, citernes, bassins) ;
- Nettoyer régulièrement les gouttières, regards, caniveaux et drainages et vérifier le bon écoulement des eaux de pluie.
- Couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (eau de javel, galet de chlore, etc.).

Liens utiles

Ministère chargé de la santé

www.sante.gouv.fr (Rubrique dossiers de A à Z / chikungunya et dengue)

http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/virus-zika

Institut de veille sanitaire (InVS)

www.invs.sante.fr (Rubrique Dossiers thématiques / Maladies infectieuses / Maladies à transmission vectorielle)

Documents utiles
Moustiques : bon getes Moustiques : quand je pars Moustiques : quand je reviens
Pour tous renseignements, vous pouvez vous adresser à :

CONSEIL DEPARTEMENTAL DU VAL DE MARNE
Cellule de lutte anti-vectorielle
Direction des Services de l’Environnement et de l’Assainissement
Service Etudes Générales Assainissement et Mieux Aquatiques (SEGAMA)
2 avenue des Violettes
Parc d’activités des Petits Carreaux
94385 BONNEUIL-SUR-MARNE CEDEX
Par téléphone au 01.49.56.88.63
Par email : moustique.tigre@valdemarne.fr

AGENCE REGIONALE DE SANTE
25 Chemin des Bassins
CS 80030
94010 Créteil Cédex
Tél. : 01.49.81.86.04
Email : dd94-sante-environnement@ars.sante.fr

Pigeons

La population de pigeons est très importante sur la commune. Cependant, il s’agit principalement de l’espèce "Ramier" qui est protégée et donc non capturable. Leur présence est notamment liée à la nourriture. Aussi, il est rappelé qu’il est formellement interdit de les nourrir conformément à l’article 120 du Règlement Sanitaire Départemental.
La ville s’efforce cependant de les éloigner au moyen de différents dispositifs tels que les pics ou bien de l’électro répulsion (visible sous la voûte du Commandant Delmas).

Animaux morts ou errants

Pour tous signalements, vous pouvez adresser un mail à l’adresse suivante dpadt-shseu@charentonlepont.fr

Punaises de lit

Aide et information sur le site http://www.la-punaise-de-lit.com/

Termites

Charenton-le-Pont n’est pas reconnue comme une zone contaminée par les termites ou susceptible de l'être à court terme.
En savoir plus…
Arrêtés relatifs aux communes soumises à une zone contaminée par les termites

Guêpes et abeilles

En cas de présence d’un nid/essaim de guêpes ou d’abeilles dans votre jardin, restez calme...
L’abeille domestique est rayée de brun et d’un jaune terne.
La guêpe, elle, est plus velue et a plutôt des rayures noires et d’un jaune éclatant. Une piqûre de guêpe peut avoir de graves conséquences, surtout si vous développez une réaction allergique.
Si vous êtes sûr d’avoir affaire à des abeilles, appelez un apiculteur. Les abeilles sont une espèce protégée, qu’il ne faut donc sous aucun prétexte détruire de façon consciente et délibérée.
S’il s’agit de guêpes, faite appel à un prestataire qui assurera la destruction du nid.
Dans tous les cas, la Ville n’intervient pas sur les espaces privés. Les Pompiers peuvent intervenir en cas de réel danger.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et d'optimiser l'affichage des pages du site. En savoir plus / Ne plus afficher