Le 25/07 matin : 

Météo Charenton

 17°C

 - Après-midi : 

Météo Charenton

 22°C

  Météo Charenton

Le 26/07 matin : 

Météo Charenton

 16°C

 - Après-midi : 

Météo Charenton

 24°C

  Météo Charenton

|

Qualité de l'air : dégradée ?

Menu Charenton.fr

Votre Ville

 Charenton.fr   Ma commune j'y tiens

Service Hygiène et Santé de l’Environnement Urbain

Qualité de l'air

Véhicules polluants : ZFE

Zone à Faibles Émissions

Charenton-le-Pont s'engage auprès de la Métropole du Grand Paris pour améliorer la qualité de l'air et le cadre de vie

Charenton-le-Pont participe à la mise en place de la deuxième étape de la Zone à Faibles Emissions (ZFE) métropolitaine, à l'intérieur du périmètre de l'A86, adoptée par le Conseil de la Métropole du Grand Paris le 1er décembre 2020. Une démarche qui vise à améliorer le cadre et la qualité de vie de tous les métropolitains.

A l'instar des communes incluses à l'intérieur de ce périmètre de référence, Charenton-le-Pont doit répondre à une urgence sanitaire et climatique. En effet, si la qualité de l'air tend à s'améliorer depuis quelques années dans notre Métropole, la situation y reste particulièrement préoccupante en raison des dépassements réguliers des seuils réglementaires des polluants tels que le dioxyde d'azote et les particules, notamment sur le territoire métropolitain. En 2019, Airparif, l'Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air en Île-de-France, évalue à 400 000 métropolitains respirant un air très pollué. 6 600 décès prématurés par an pourraient être évités sur le territoire métropolitain selon l'agence Santé Publique France. Plus globalement, la France a été condamnée en octobre 2019 par la Cour de justice de l'Union européenne pour avoir dépassé de manière systématique et persistante la valeur limite annuelle pour le dioxyde d'azote, depuis le 1er janvier 2010. Le 10 juillet 2020, le Conseil d'Etat a ordonné au Gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l'air dans neuf zones en France, dont la Métropole du Grand Paris, sous astreinte de 10 millions d'euros par semestre de retard. Le 30 octobre 2020, la Commission européenne a saisi la Cour de justice de l'Union européenne d'un recours contre la France relatif à la mauvaise qualité de l'air due à des niveaux élevés de particules (PM10).

Aussi, La Loi d'Orientation des Mobilités du 24 décembre 2019 rend désormais obligatoire avant fin 2020, l'instauration d'une Zone à Faibles Emissions mobilité dans les collectivités et intercommunalités ne respectant pas les normes de qualité de l'air.
Dans ce cadre, la Métropole du Grand Paris, faisant partie des zones identifiées, a d'ores et déjà mis en place la première étape de cette mesure depuis le 1er juillet 2019.

La mise en place de la ZFE se traduira par une réduction des nuisances sonores, une amélioration de la qualité de vie et une plus grande attractivité du territoire, des bénéfices qui s'étendront bien au-delà de l'A86.

Restriction de circuler aux véhicules Crit'Air 4

La 2e étape de la Zone à Faibles Emissions qui consiste à étendre la restriction de circuler aux véhicules Crit'Air 4 au sein de l'A86 vient d'entre en vigueur ! Toutes les informations à propos de cette mesure écologique et progressive permettant de lutter efficacement contre la pollution de l'air.

Télécharger Arrêté Municipal

Télécharger Motifs de la décision

Télécharger Synthèse avis public

Jusqu'à 19 000 euros d'aides cumulées pour l'achat d'un véhicule propre neuf

En matière de mesures d'accompagnement, l'État et la Métropole du Grand Paris ont mis en place des aides financières dans le cadre d'un guichet unique (www.primealaconversion.gouv.fr). Les demandeurs peuvent déposer un seul et même dossier pour la prime à la conversion et le bonus écologique proposés par l'État et le dispositif Métropole roule propre. Cumulées, ces aides peuvent aller jusqu'à 19 000 euros pour l'achat d'un véhicule propre neuf, et jusqu'à 12 000 euros pour l'achat d'un véhicule propre d'occasion.

La question du reste à charge des ménages les plus modestes trouve une réponse avec la mise en place d'un microcrédit par le gouvernement depuis le 17 mars 2021, dans le cadre de France Relance. Cumulable avec le bonus écologique et la prime à la conversion, il est garanti par l'État à hauteur de 50%. Ce microcrédit donne accès à un prêt allant jusqu'à 5 000 € sur une durée de 5 ans.

Pollution atmosphérique

Pollution atmosphérique

La région Île-de-France connaît des épisodes de pollution atmosphérique en raison d'une météorologie défavorable à la dispersion des polluants émis dans l'atmosphère. Les prévisions concernant la qualité de l'air à Charenton sont accessibles tout en haut des pages de ce site ainsi que sur le site Internet d'Airparif.

Recommandations sanitaires

En cas de dépassement du seuil d'information, l'Agence Régionale de Santé (ARS) recommande :

Aux catégories de la population particulièrement sensibles (enfants, personnes âgées, asthmatiques et insuffisants respiratoires chroniques) de réduire ou éviter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur.

A la population générale : pas de modification des activités habituelles.

De manière générale :

- en cas de gêne inhabituelle : prendre conseil auprès du médecin, du pharmacien ;
- se renseigner sur la qualité de l'air ;
- veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d'autres activités émettrices de substances polluantes (usage de solvants sans protection appropriée, consommation de tabac) ;
- éviter les sorties près des grands axes routiers.
- éviter les sorties en début de matinée et fin de journée et, en cas d'épisode de pollution à l'ozone : éviter les sorties en début d'après-midi entre 12h et 16h ;
- si le maintien à l'intérieur réduit vos symptômes : privilégier les sorties brèves et avec moins d'effort qu'à l'habitude.
- la situation lors d'un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement ; il convient donc de ne pas modifier les pratiques habituelles d'aération et de ventilation.

En cas de dépassement du seuil d'alerte, l'Agence Régionale de Santé (ARS) recommande :

Aux catégories de la population particulièrement sensibles (enfants, personnes âgées, asthmatiques et insuffisants respiratoires chroniques) de :

- Éviter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur et reporter les activités qui demandent le plus d'effort.
- Prendre conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement doit être adapté.

A la population générale :

- Réduire et reporter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur.
- En cas d'épisode de pollution à l'ozone, les activités intérieures peu intenses réalisées en intérieur peuvent être maintenues.

De manière générale :

- en cas de symptômes inhabituels ou en cas de gêne respiratoire, cardiaque inhabituelle : prendre conseil auprès du médecin, du pharmacien ou de la permanence téléphonique médicale du centre spécialisé de l'hôpital Fernand Widal ;
- se renseigner sur la qualité de l'air ;
- veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d'autres activités émettrices de substances polluantes (usage de solvants sans protection appropriée, consommation de tabac) ;
- éviter les sorties près des grands axes routiers. Eviter les sorties en début de matinée et fin de journée et en cas d'épisode de pollution à l'ozone : éviter les sorties en début d'après-midi entre 12h et 16h ;
- si le maintien à l'intérieur réduit vos symptômes : privilégier les sorties brèves et avec moins d'effort qu'à l'habitude ;
- la situation lors d'un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement ; il convient donc de maintenir les pratiques d'aération et de ventilation.

En savoir plus...
Arrêté interpréfectoral du 7 juillet 2014
Qualité de l'air intérieur

Air intérieur

Nous passons 80% de notre temps en espace clos ou semi-clos, que cela soit dans les logements, lieux de travail, écoles, espaces de loisirs, commerces, transports, etc. L'air que nous y respirons peut avoir des effets sur le confort et la santé, depuis la simple gêne (odeurs, irritation des yeux et de la peau) jusqu'à l'aggravation ou le développement de pathologies comme les allergies respiratoires.

La question de la qualité de l'air intérieur est une préoccupation majeure de santé publique, car l'ensemble de la population est concerné, et plus particulièrement les personnes sensibles et fragiles (enfants, personnes âgées ou immunodéprimées, malades pulmonaires chroniques).

Néanmoins, les effets de la pollution intérieure sur la santé ne sont que partiellement connus : les liens entre l'exposition aux polluants et le développement d'une maladie ou d'un symptôme n'ont en effet pas encore été suffisamment étudiés.

Afin d'améliorer la connaissance des polluants présents dans l'air intérieur et d'apporter aux pouvoirs publics les éléments nécessaires à l'évaluation et à la gestion des risques, a été créé, en 2001, un Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI).

La ministre de l'Ecologie a annoncé, le 24 septembre 2014, le report de l'obligation de surveillance de la qualité de l'air dans les crèches, prévue pour le 1er janvier 2015. Cependant, le Maire, soucieux du bien-être de ses petits concitoyens, a effectué ces analyses sur l'ensemble des établissements de la ville accueillant des enfants de moins de 6 ans. Les résultats « très satisfaisants » sont affichés au sein de chaque établissement.

En savoir plus...
A télécharger, le guide pollution de l'air intérieur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et d'optimiser l'affichage des pages du site. En savoir plus / Ne plus afficher